Organiser sa présence sur internet

Dotée d’un nom de domaine, d’adresses email et d’un hébergeur pour une très modique somme (voir JAS N°184), toute structure envisage naturellement la création de sa vitrine virtuelle : le site web. Si le coût de réalisation peut aller de la gratuité à quelques centaines de milliers d’euros, c’est en définissant parfaitement vos besoins et en choisissant les bons outils que vous pourrez réellement optimiser votre budget. Voici quelques règles de survie dans un monde souvent inconnu.

Penser à plusieurs

Il faut confronter les réflexions et les idées au sein d’un groupe de personnes impliquées – personnel, bénévoles, dirigeants – afin de définir tant ce que tous souhaitent voir diffuser comme contenu que ce que chacun peut apporter au projet. En effet, si un site doit vivre et donc reposer sur des rédacteurs constants mais surtout disponibles, l’infographiste de la structure peut également en faire vivre la forme, voire en assurer la réalisation.

Opter pour la simplicité

Internet étouffe sous l’information. Un site efficace doit être simple à consulter. Présentation de la structure et de ses projets, organigramme, adresse et formulaire de contact sont les bases indispensables mais parfois suffisantes. Les sites les plus simples sont souvent les mieux référencés dans les moteurs de recherche.

Le cahier des charges

site-webC’est l’élément le plus important du projet. Il doit être complet afin d’être bien compris et suivi par le concepteur. L’idéal est de répertorier simplement chaque page et son contenu, sans s’inquiéter des aspects techniques qui seront définis ensuite par l’agence.

Une association qui n’a pas besoin d’un site dynamique – dont les données sont perpétuellement renouvelées – et qui dispose d’un infographiste un peu talentueux peut, avec ce cahier, développer et mettre à jour son site en utilisant l’outil gratuit mis à sa disposition par tout hébergeur sérieux.
Pour les autres, n’oubliez pas de préciser la façon dont vous souhaitez pouvoir gérer les contenus. Le back office – outil d’administration du site – est votre seul lien avec ces contenus et doit vous permettre d’effectuer toute modification sans avoir à passer par l’agence.

L’appel d’offres

Les sociétés ne manquent pas mais celles qui tiennent les délais et respectent le cahier des charges sont rares. Il ne faut pas hésiter à explorer leurs réalisations – une agence qui ne les présenterait pas sur son site est suspecte – mais également à se renseigner auprès de ces anciens clients sur la qualité du service.

Finalement, c’est celle qui pourra le mieux vous expliquer votre propre vision du site qui sera la plus à même de la traduire en images et en code.

La réalisation

Vous devez pouvoir suivre le développement du site en temps réel afin de vous assurer que le résultat évolue régulièrement et qu’il correspond à vos demandes. Il faut également souvent plusieurs mois d’activité pour identifier les problèmes ; pensez à demander un suivi sur six mois et la gratuité des modifications mineures. Une fois le site livré et payé, de nombreux prestataires ont tendance à vous oublier.

Pour terminer, exigez systématiquement une copie complète du site sur clef USB ou CD ainsi que l’ensemble des mots de passe utilisés pour son administration. Ils vous seront très utiles lorsque vous voudrez changer de prestataire.

Pas de commentaire

Poster un commentaire